Écrire Zimbabwe. Jenni Williams et Magodonga Mahlangu, des militantes détenues risquent des mauvais traitements

Action complémentaire sur l’AU 288/11, AFR 46/022/2011, 26 septembre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 NOVEMBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux militantes du mouvement en faveur de la justice sociale Femmes du Zimbabwe, debout ! (WOZA) ont vu leur demande de libération sous caution rejetée et ont été renvoyées en détention jusqu’au 6 octobre. Ces femmes, qui ont toutes les deux subi une opération récemment et sont en pleine convalescence, ont été arrêtées le 21 septembre lors d’un défilé pacifique. Dix autres militantes arrêtées en même temps ont été libérées. Jenni Williams et Magodonga Mahlangu, ainsi que 10 autres militantes, ont été arrêtées le 21 septembre, après que la police de Bulawayo a eu recours à une force excessive pour disperser un défilé pacifique organisé pour commémorer la Journée mondiale de la paix, lancée par les Nations unies. Cette marche avait été organisée par WOZA, un mouvement en faveur de la justice sociale. Dix militantes ont été libérées sans inculpation lorsque le parquet a décidé de classer leur affaire sans suite, mais Jenni Williams et Magodonga Mahlangu ont vu leur demande de libération sous caution rejetée et ont été renvoyées en détention pour deux semaines. Elles se trouvent à la prison de Mlondolozi. Leurs avocats ont interjeté appel du refus de libération sous caution devant la Haute Cour. Amnesty International craint que les deux militantes concernées ne soient privées de leur droit à un procès (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.