Écrire Iran. La sécurité de Kouhyar Goudarzi suscite davantage de craintes.

Action complémentaire sur l’AU 347/09, MDE 13/087/2011, 30 septembre 2011 Behnam Ganji Khaibari, arrêté le 31 juillet 2011 en même temps que Kouhyar Goudarzi et relâché par la suite, s’est suicidé le 2 septembre dernier. La mère de Kouhyar Goudarzi, interpellée un jour après son fils, a été déférée devant un tribunal le 6 septembre. Amnesty International est profondément inquiète pour la sécurité de Kouhyar Goudarzi. Depuis l’arrestation de Kouhyar Goudarzi, sa famille et son avocat n’ont pas pu déterminer où il se trouve ni même obtenir la confirmation officielle de son interpellation. Il est possible qu’il soit détenu au secret à la prison d’Evin, à Téhéran. On pense qu’il est victime de disparition forcée. Behnam Ganji Khaibari, 22 ans, avait été libéré de la prison d’Evin le 8 août 2011. Il avait par la suite dit à un ami qu’il avait été placé à l’isolement dans la section 240 de cette prison et n’avait plus eu de contact avec Kouhyar Goudarzi, bien qu’il eût entendu ce dernier se faire interroger. Behnam Ganji Khaibari avait dit avoir, lui aussi, subi un interrogatoire, chaque matin et chaque après-midi, et avoir été victime de pressions dans le but de faire des « aveux » incriminant Kouhyar Goudarzi. Amnesty International craint qu’il ait été soumis à la torture ou d’autres mauvais traitements et que cela ait contribué à son suicide. Parvin Mokhtareh, la mère de Kouhyar Goudarzi, a été appréhendée le 1er août 2011 à Kerman, dans le sud de l’Iran, puis jugée le 6 septembre par le tribunal révolutionnaire de Kerman (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.