Écrire Achmad Suradji (h)

ASA 21/002/2008 - AU 27/08 Achmad Suradji risque d’être exécuté de façon imminente. Il a été condamné à mort le 27 avril 1998 pour les meurtres de 42 femmes et jeunes filles dont les corps ont été retrouvés enterrés dans un champ situé près de sa maison à Semayang, un village de la province de Sumatra-Nord. Selon les informations relayées par les médias, un procureur du bureau du procureur général indonésien a confirmé que l’exécution d’Achmad Suradji était prévue en février, précisant : « la semaine prochaine, nous envoyons une équipe pour superviser l’exécution ». Le président Susilo Bambang Yudhoyono a rejeté en décembre 2007 son recours en grâce. Amnesty International demande la suspension de cette exécution et la commutation de la peine capitale. Aucune précision supplémentaire n’a été apportée au sujet de l’exécution, mais il est probable qu’elle soit organisée à la prison de Tandjung Gustan à Medan (Nord-Sumatra), où Achmad Suradji est actuellement incarcéré. Achmad Suradji était un sorcier connu et respecté que de nombreuses femmes de la région venaient consulter sur des questions d’argent, de santé et d’amour. Il a été arrêté le 2 mai 1997, lorsque les proches d’une jeune fille qui lui avait rendu visite ont commencé à s’inquiéter de ce qu’elle ne rentre pas chez elle. La police a par la suite exhumé les restes de 42 femmes et jeunes filles autour de la propriété d’Achmad Suradji. Selon les informations recueillies, toutes avaient été étranglées par Achmad Suradji entre 1986 et 1997. INFORMATIONS GÉNÉRALES En (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse