Écrire Irak. 53 personnes risquent d’être exécutées à tout instant

AU 311/11, MDE 14/041/2011 21 octobre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 DÉCEMBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La présidence irakienne a ratifié le 20 octobre les condamnations à mort de 53 personnes, dont cinq étrangers. Les condamnés risquent d’être exécutés à tout moment. Le secrétaire général du Collège présidentiel irakien, Nassir al Ani, a déclaré à la presse irakienne le 20 octobre que la présidence avait ratifié les condamnations à mort de 53 personnes, dont cinq étrangers. Il n’a pas fourni d’informations plus précises concernant les dates prévues pour les exécutions, les charges pour lesquelles les condamnations ont été prononcées, l’identité des intéressés ou la nationalité de ceux qui ne sont pas irakiens. Seul le président irakien, Jalal Talabani, et ses deux vice-présidents, Tareq al Hashemi et Khudayr al Khuzaie, ont le pouvoir de ratifier des sentences capitales. Jalal Talabani a refusé dans le passé de ratifier les condamnations à mort. Toutefois, il a délégué son pouvoir de ratification à ses deux vice-présidents. C’est pourquoi les exécutions se poursuivent malgré son engagement personnel en faveur de l’abolition de la peine de mort. Lorsqu’une condamnation à mort est confirmée par la Cour de cassation, elle est soumise au Collège présidentiel pour ratification avant application. Maintenant que le Collège présidentiel a entériné les condamnations, les exécutions peuvent intervenir à tout moment. Selon certaines (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir