Écrire Bahreïn. Evolutions positives en appel pour des professionnels de la santé.

Action complémentaire sur l’AU 296/11, MDE 11/058/2011, 25 octobre 2011 Le procès en appel de 20 professionnels de la santé bahreïnites, précédemment condamnés par un tribunal militaire, s’est ouvert le 23 octobre devant la Haute Cour criminelle d’appel, une juridiction civile. Certaines charges ont été abandonnées. La prochaine audience doit avoir lieu le 28 novembre. Les prévenus risquent de subir un nouveau procès inique. Les 20 professionnels de la santé concernés ont déjà été condamnés par un tribunal militaire à des peines allant de cinq ans d’emprisonnement à 15 ans de réclusion à la suite des manifestations populaires de février et mars. L’audience qui s’est tenue le 23 octobre devant une juridiction civile n’a duré qu’une trentaine de minutes. Dix-sept prévenus, qui avaient tous été libérés sous caution, étaient présents. Des journalistes, des représentants d’organisations non gouvernementales locales et des délégués d’ambassades ont également assisté à l’audience. Il y a eu plusieurs évolutions positives. Trois charges importantes précédemment retenues ont été abandonnées : « incitation à la haine contre le régime », « diffusion de fausses informations » et « appel à la désobéissance aux lois applicables ou à la perpétration d’actes constituant un crime ». Cependant, d’autres accusations ont été maintenues, notamment : « possession d’armes sans autorisation », « occupation d’un bâtiment public » (le complexe médical de Salmaniya, à Manama, la capitale bahreïnite) et « appel au renversement du régime par la force ». (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse