Écrire Syrie. La vie du Syrien détenu Awad Jassim Abbas est en danger.

Action complémentaire sur l’AU 232/11, MDE 24/072/2011, 28 octobre 2011 Awad Jassim Abbas, qui n’a plus aucun contact avec sa famille ni ses avocats depuis le 14 mai, est peut-être victime d’une disparition forcée orchestrée par les autorités syriennes. Sa vie est en danger. Awad Jassim Abbas a été arrêté le 14 mai, peu après qu’il a pris part avec son frère, Hussein Jassim Abbas, à des manifestations en faveur d’une réforme. Amnesty International pense que sa détention a peut-être un lien avec sa participation à ces rassemblements. Un homme qui a été détenu par le service de renseignement de l’armée de l’air (appelé auparavant « sécurité de l’armée de l’air ») situé à Harasta, près de Damas, la capitale syrienne, a expliqué en juillet à la famille d’Awad Jassim Abbas qu’il avait été détenu dans une cellule voisine de la sienne. Il a également indiqué qu’il lui semblait avoir entendu des bruits laissant penser qu’Awad Jassim Abbas était torturé ou soumis à d’autres mauvais traitements. Depuis lors, on ignore totalement où se trouve ce dernier et s’il a été soigné à la suite des blessures qui ont pu être causées par les mauvais traitements qu’il aurait subis. Les autorités n’ont pas contacté ses proches pour leur indiquer où elles le détenaient et ceux-ci sont trop effrayés pour poser la question directement. Amnesty International pense donc qu’Awad Jassim Abbas est détenu dans des conditions qui s’apparentent à une disparition forcée et qu’il risque ainsi d’être victime d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse