Écrire République Dominicaine. Des familles expulsées menacées.

AU 318/11, AMR 27/007/2011, 28 octobre 2011 Le 15 octobre, 72 familles ont été chassées d’un quartier pauvre de la capitale dominicaine par environ 300 policiers et militaires. Elles vivent depuis dans un camp non loin de là, où elles sont victimes de harcèlement et d’agressions dus aux forces de sécurité qui surveillent la zone dont elles ont été expulsées. Environ 300 policiers et militaires sont arrivés le 15 octobre à 8 heures dans le quartier de Brisas del Este (municipalité de Santo Domingo Este), à Saint-Domingue, la capitale du pays. Ils étaient accompagnés par des représentants du bureau du maire de Santo Domingo Este et étaient lourdement équipés, ayant notamment amené des tracteurs. Selon des témoins, les policiers et les soldats ont commencé dès leur arrivée à attaquer les domiciles des familles à coups de tirs de chevrotine et de gaz lacrymogène. Ils sont ensuite entrés sans mandat, ont violemment mis les résidents dehors et confisqué leurs biens. En quelques heures, les 72 maisons ont été démolies par des tracteurs, sans que les habitants aient pu avoir la possibilité de récupérer leurs effets personnels. Depuis, les familles expulsées, dont certaines ont des enfants en bas âge, ont installé un camp de fortune non loin de là. Leurs demeures ont été complètement détruites et une petite unité de police a été déployée pour surveiller le terrain. Des familles ont confié à une délégation d’Amnesty International qu’elles ne peuvent pas y retourner, de peur que la police leur tire dessus. Depuis (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse