Écrire Ukraine. Une victime de torture, Oleg Melnik, risque des poursuites.

AU 317/11, EUR 50/014/2011, 31 octobre 2011 Un homme gravement blessé par un policier est accusé de s’être lui-même infligé ces blessures et risque cinq ans d’emprisonnement pour avoir « agressé un agent de police ». Le 1er avril au soir, Oleg Melnik, 27 ans, rentrait chez lui en charrette dans le village d’Ostakivtsy, dans le sud-ouest de l’Ukraine, quand deux policiers lui ont fait signe de s’arrêter et lui ont posé des questions concernant un voisin. Quand Oleg Melnik leur a demandé pourquoi, ils l’ont tiré de sa charrette et forcé à monter dans leur voiture. Il semble que la police menait une enquête sur une série de vols dans le village, ce qu’elle n’a pas expliqué à Oleg Melnik. Au poste de police de Nemirov, à 15 kilomètres de là, ce dernier a dû attendre dans un bureau pendant deux heures et les policiers ont refusé de lui dire pourquoi. Lorsqu’il a sorti son téléphone portable pour appeler un avocat, un des agents a maintenu son bras droit pendant qu’un autre essayait d’attraper le téléphone en tordant son bras gauche derrière son dos, si violemment qu’il lui a cassé le bras. En entendant les cris d’Oleg Melnik, un troisième policier est entré dans la pièce. Oleg Melnik a été conduit à l’hôpital local, où le policier qui lui a cassé le bras a payé pour des radios et un plâtre. Vers 2 heures, il a été ramené au poste de police où, menacé d’être emprisonné et de nouveau battu, il a signé une déclaration selon laquelle il ne portait pas plainte. Sa mère, qui avait attendu au poste, a signé une déclaration (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !