Écrire Tunisie. Un ancien ministre libyen, al Baghdadi Ali al Mahmoudi, en danger en cas d’extradition

AU 330/11, MDE 30/021/2011, 9 novembre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 DÉCEMBRE 2011. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. L’ancien chef du gouvernement libyen al Baghdadi Ali al Mahmoudi, qui a fui en Tunisie au mois de septembre, pourrait être extradé vers la Libye. S’il est renvoyé de force, il risque d’être victime de torture ou d’une exécution extrajudiciaire. Le président tunisien n’a pas encore autorisé son extradition. Jusqu’en août 2011, al Baghdadi Ali al Mahmoudi était secrétaire du Comité populaire général libyen – fonction équivalente à celle de Premier ministre – sous le régime du colonel Mouammar Kadhafi. Lorsque le Conseil national de transition (CNT) a pris le contrôle de Tripoli, la capitale libyenne, cet homme a fui en Tunisie, où il a été arrêté fin septembre. Il a été initialement condamné à six mois d’emprisonnement pour « entrée illégale » avant d’être relaxé en appel le 27 septembre. Il a été maintenu en détention à la suite de deux demandes d’extradition formulées par les autorités libyennes. Le 8 novembre 2011, la cour d’appel de Tunis a autorisé l’État à extrader al Baghdadi Ali al Mahmoudi vers la Libye. Ce jugement ne peut faire l’objet d’aucun recours. Cependant, la décision finale revient au président tunisien. D’après les demandes d’extradition qu’Amnesty International a pu consulter, al Baghdadi Ali al Mahmoudi est accusé de « détournement de fonds publics », d’« outrage à des fonctionnaires », de « menace armée visant des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse