Écrire Chine. Une pratiquante du Fa Lun Gong (Li Shanshan) risque la torture

AU 335/11, ASA 17/047/2011, 18 novembre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 DÉCEMBRE 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Li Shanshan a été placée en détention le 29 octobre à Tangshan, dans la province du Hebei (nord de la Chine). Les autorités chinoises ont déclaré l’avoir astreinte à deux ans de « rééducation par le travail » mais elles refusent de donner des détails concernant le lieu d’incarcération. Elle risque d’être victime de torture ou d’autres mauvais traitements. Li Shanshan a été interpellée le 29 octobre par des agents de sécurité publique travaillant pour le Département de la sécurité de Tangshan, alors qu’elle se trouvait dans un supermarché de la ville. Son placement en détention intervient après qu’elle a ouvertement fait campagne pour la libération de son mari, Zhou Xiangyang, qui a été de nouveau arrêté le 5 mars dernier après avoir passé six ans en prison, de 2003 à 2009. Le 10 novembre, le bureau de la sécurité publique de Tangshan a confirmé à la mère et à l’avocat de Li Shanshan que cette dernière avait été condamnée à deux ans de « rééducation par le travail ». Les proches de Li Shanshan l’ont vue pour la dernière fois le 4 novembre ; ils ont pu l’apercevoir au Centre d’enseignement juridique de Fengrun, dont le but est de « transformer » les pratiquants du Fa Lun Gong en cherchant à les obliger à renoncer à leurs convictions, bien souvent au moyen d’actes de torture. Depuis janvier 2006, Li Shanshan a purgé 15 mois de « (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse