Écrire Syrie. Un détenu, Ahmed Andora, risque la torture.

AU 343/11, MDE 24/077/2011, 22 novembre 2011 Ahmed Andora a été arrêté le 28 septembre dernier par les forces de sécurité syriennes à Damas. Il est maintenu en détention au secret depuis le 2 octobre et pourrait faire l’objet d’une disparition forcée, ce qui l’expose fortement au risque d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements. Le 28 septembre, Ahmed Andora se trouvait dans un café de Damas avec deux personnes lorsqu’il a été arrêté par des membres des forces de sécurité, a déclaré un de ses amis à Amnesty International. Il aurait été autorisé à appeler sa famille le 2 octobre ; il a alors confirmé son interpellation et insinué qu’il était détenu dans les locaux de la Sécurité politique à Damas. Personne n’a entendu parler de lui depuis et Amnesty International craint donc qu’il soit victime d’une disparition forcée. Selon des informations reçues par l’organisation, la famille et l’avocat d’Ahmed Andora ont plusieurs fois demandé de ses nouvelles aux autorités et à des contacts non officiels, mais ils n’ont obtenu aucune réponse. Amnesty International craint pour le bien-être de cet homme étant donné que plusieurs personnes placées en détention pendant les troubles qui continuent de secouer la Syrie ont signalé que les forces de sécurité ont fréquemment recours à la torture et à d’autres mauvais traitements. On ignore pourquoi Ahmed Andora a été interpellé mais un contact en Syrie a affirmé à l’organisation que celui-ci est peut-être pris pour cible en raison de sa forte implication dans les mouvements de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.