Écrire Irak. Les résidents du camp d’Ashraf en danger

Action complémentaire sur l’AU 320/11, MDE 14/047/2011, 22 décembre 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 31 DÉCEMBRE 2011. Veuillez passer par l’ambassade d’Irak ou le représentant diplomatique de cet État dans votre pays, en demandant que vos appels soient transmis aux personnes suivantes : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Entre 400 et 800 ressortissants iraniens vivant dans un camp en Irak pourraient être déplacés vers un autre site à la fin de l’année. Leur sécurité pourrait être mise en danger lors du trajet. Amnesty International appelle les autorités irakiennes à garantir la protection de ces personnes. Le camp Nouvel Irak, anciennement appelé camp d’Ashraf, situé à 60 kilomètres au nord de Bagdad, abrite quelque 3 250 demandeurs d’asile iraniens qui vivent en Irak depuis 25 ans. Ceux-ci ont des liens avec l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (PMOI), un groupe d’opposition iranien. Le camp a plusieurs fois été la cible d’attaques menées par les forces de sécurité irakiennes (la dernière remonte à avril dernier), pendant lesquelles des dizaines de résidents ont trouvé la mort et d’autres ont été blessés. Le 15 décembre, les autorités irakiennes ont publiquement confirmé avoir l’intention de fermer ce camp le 31 décembre prochain. Lors d’un entretien avec l’Agence France Presse, le Premier ministre irakien Nuri al Maliki a informé que cette décision était « irrévocable ». Le 21 décembre, ce dernier a annoncé avoir accepté de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir