Écrire Mexique. Des familles divisées après une descente dans une communauté

Action complémentaire sur l’AU 340/11, AMR 41/002/2012, 11 janvier 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 FÉVRIER 2012 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Soixante-et-onze membres d’une communauté guatémaltèque ayant cherché refuge dans l’État du Tabasco, au Mexique, ont été incarcérés par les autorités mexicaines puis emmenés dans un centre de détention pour migrants. Plus de 100 autres membres de cette communauté se trouvent encore dans cet État. Des enfants comptent parmi les détenus et certaines familles auraient été divisées. Tôt le matin du 9 janvier, la police mexicaine a fait une descente dans un camp de fortune où vivaient des citoyens guatémaltèques, dans la municipalité de Nuevo Progreso, dans l’État du Tabasco. Ces personnes appartiennent à la population de Nueva Esperanza et ont fui le Guatemala pour se rendre au Mexique en août 2011, lorsque l’armée et la police guatémaltèques les ont chassées de leurs terres. Elles n’ont reçu aucune solution de relogement dans leur pays. Selon des témoins, les autorités mexicaines auraient essayé d’arrêter les enfants en premier pour que leurs familles acceptent de les suivre et de monter dans les véhicules. En tout, 71 membres de cette communauté, dont au moins 45 enfants, ont été incarcérés puis emmenés dans un centre de détention pour migrants à Tapachula, dans l’État du Chiapas, à des heures du premier endroit où ils avaient été détenus. On pense que des procédures de rapatriement ont été lancées. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse