Écrire Maina Kiai (h), président de la Commission nationale kenyane des droits humains ...

... Muthoni Wanyeki (f), directrice exécutive de la Commission nationale kenyane des droits humains ; Haroun Ndubi (h), avocat spécialisé dans la défense des droits humains, membre du Forum kenyan des observateurs nationaux des élections ; David Ndii (h), auteur d’un rapport sur la fraude électorale ; Gladwell Otieno (f), directrice du Centre pour la transparence des affaires publiques en Afrique ; Ndung’u Wainaina (h), membre du personnel du Conseil exécutif de la Convention nationale ; Njeri Kabeberi (f), directrice exécutive du Centre pour la démocratie pluraliste ; Nahashon Gachehe (h), employé de l’Unité médicolégale indépendante ; James Maina (h), membre du Parlement du peuple AFR 32/001/2008 - AU 29/08 Ces quinze derniers jours, les défenseurs des droits humains et les militants en faveur de la démocratie dont le nom figure ci-dessus ont été la cible d’une série de menaces anonymes, dont des menaces de mort. Après avoir reçu des SMS, des appels téléphoniques ou des courriels anonymes inquiétants, ils ont dû prendre des mesures pour assurer leur sécurité, par exemple en déménageant ou en s’abstenant de faire des déclarations publiques. Ces tentatives d’intimidation sont liées à des propos que ces personnes ont tenus ou à des initiatives qu’elles ont prises au sujet des résultats des élections générales du 27 décembre 2007 ou des atteintes aux droits humains perpétrées au cours des troubles qui ont suivi le scrutin. Les résultats des élections, contestés, ont entraîné un conflit politique important (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.