Écrire Bahreïn. Un ressortissant canadien, Naser Bader al Raas, emprisonné

Action complémentaire sur l’AU 24/12, MDE 11/005/2012, 1er février 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 FÉVRIER 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le ressortissant canadien Naser Bader al Raas a été emprisonné à Bahreïn pour avoir participé aux manifestations de mars 2011. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion et demande sa libération immédiate et sans condition. Naser Bader al Raas, Canadien d’origine koweïtienne, a été condamné à cinq ans de prison le 25 octobre 2011. Il a déposé un recours mais il a été incarcéré après s’être présenté à une audience du procès en appel. Cet homme avait été condamné, de même que 12 autres personnes, pour incitation à la haine envers le régime, participation à des rassemblements illégaux et transmission de fausses informations aux médias. Il était entré dans la clandestinité après l’annonce du verdict. Le 24 janvier 2012, la Haute cour criminelle d’appel à Manama, la capitale de Bahreïn, a acquitté ces 12 individus mais Naser Bader al Raas a perdu son droit de faire appel car il n’était pas présent à l’audience. Son avocat a demandé à la Cour de revoir sa décision. Naser Bader al Raas a été arrêté le 1er février juste après avoir comparu devant cette juridiction, qui s’apprêtait à réexaminer la sentence prononcée à son encontre. Il est actuellement détenu à la prison de Jaww, à Manama. Il souffre de problèmes cardiaques et a déjà subi plusieurs opérations par le passé. Son avocat a confié à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse