Écrire Burundi. Demandez la libération du militant Faustin Ndikumana.

AU 44/12, AFR 16/001/2012, 9 février 2012 Faustin Ndikumana, qui milite contre la corruption, a été arrêté le 7 février dernier et accusé d’avoir fait « de fausses déclarations ». Cet homme a affirmé que certains magistrats avaient accédé à leur fonction en versant des pots-de-vin à des responsables du ministère de la Justice. Faustin Ndikumana est le président de l’organisation Parole et action pour le réveil des consciences et l’évolution des mentalités. Il a écrit au ministre de la Justice pour lui demander d’enquêter sur la corruption dans le système de recrutement des juges et d’y mettre fin. Le 3 février, il a organisé une conférence de presse et s’est exprimé à la radio pour dénoncer la corruption qui règnerait au sein de ce ministère. Le 7 février, il a été interpellé, interrogé par un magistrat au Tribunal anti-corruption et accusé d’avoir fait « de fausses déclarations » en vertu de l’article 14 de la Loi anti-corruption. Il risque jusqu’à 10 ans de prison ainsi qu’une amende pouvant aller jusqu’à 1 million de francs burundais, soit environ 585 euros. Il semble que cet homme ait été arrêté en raison d’une plainte déposée par le ministère de la Justice. Selon la loi, des entreprises et des associations peuvent également être poursuivies en justice et écoper d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions de francs burundais, soit environ 5 850 euros. Faustin Ndikumana est actuellement détenu à la prison centrale de Mpimba, qui est surpeuplée et insalubre, à Bujumbura, la capitale du pays. L’incarcération de cet homme (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.