Écrire Bangladesh. Des étudiants militants Al Mukaddas et Mohammad Waliullah, risquent d’être torturés

AU 47/12, ASA 13/001/2012, 13 février 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 MARS 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux étudiants, militants de l’opposition au Bangladesh, Al Mukaddas et Mohammad Waliullah, ont « disparu » depuis le 4 février. Selon des témoins, ils ont été arrêtés par le Bataillon d’action rapide (RAB) et la Brigade de sûreté de la police à Savar, au nord de la capitale Dacca. Le RAB nie les avoir placés en détention, mais ses explications sont loin d’être crédibles face aux récits des témoins oculaires. Ces deux hommes risquent d’être victimes d’actes de torture et d’exécutions extrajudiciaires.` Le 4 février, Al Mukaddas (22 ans) et Mohammad Waliullah (23 ans), tous deux membres du Camp des étudiants islamiques du Bangladesh, la branche étudiante de la Société de l’islam, un parti d’opposition, se rendaient de Dacca à leur université située dans le district de Kushtia, lorsque leur bus s’est retrouvé bloqué dans les embouteillages. Selon des témoins, une petite camionnette s’est arrêtée près de leur bus et sept ou huit hommes en uniforme en sont descendus, se présentant comme des agents du RAB, unité spéciale de la police, et de la Brigade de sûreté de la police. Ces agents des forces de l’ordre ont fouillé le bus, puis ils ont fait descendre Al Mukaddas et Mohammad Waliullah et les ont emmenés avec eux, affirmant que des accusations pesaient contre ces deux hommes, sans préciser lesquelles, et ajoutant qu’ils seraient relâchés (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir