Écrire Barhein. Des militants détenus sont en danger

AU 53/12, MDE 11/011/2012, 17 février 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 MARS 2012 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. De très nombreux militants ont été arrêtés le 14 février 2012 lors d’une manifestation destinée à commémorer le premier anniversaire du début du soulèvement à Bahreïn. Des dizaines d’entre eux demeurent détenus et risquent de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Plusieurs ont été passés à tabac au moment de leur arrestation. Amin Jaffar Swar (22 ans), Mutaher Saeed Taher Ahmed (18 ans) et Mohammed Makky (22 ans) ont été arrêtés le 14 février 2012 alors qu’ils étaient en voiture dans le quartier de Seif, à Manama, la capitale bahreïnite. Ils se rendaient au rond-point du Conseil de coopération du Golfe (CCG) (également appelé rond-point de la Perle), centre névralgique de la manifestation. Selon des témoins, ces trois jeunes hommes ont été frappés au moyen de matraques, d’abord à l’intérieur puis à l’extérieur du véhicule, lors de leur arrestation par la police – qui a également brisé les vitres de la voiture. Un policier aurait asséné plusieurs coups de pied à Amin Jaffar Swar alors que celui-ci se trouvait à terre. Les trois jeunes gens cités ont été emmenés au poste de police d’Al Maaridh, à Manama, où ils sont toujours détenus. Un représentant du parquet les a interrogés le 15 février au poste de police, en présence d’un avocat. Selon ce dernier, des traces de coups étaient visibles sur leurs visages et leurs (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse