Écrire Mexique. Des soldats menacent les proches d’une victime de meurtre.

AU 70/12, AMR 41/014/2012, 29 février 2012 Le 3 février 2012, des soldats ont tué un indigène par balles. Depuis, les proches de ce dernier sont menacés car ils cherchent à obtenir justice. Leurs vies sont en danger. Selon des témoins, le 3 février dernier, des soldats ont tué Carmen Puerta Carrillo, un indigène Tepehuan âgé de 27 ans. Ce dernier appartenait à la communauté de Baborigame, installée dans la municipalité de Guadalupe y Calvo, dans l’État de Chihuahua (nord du Mexique). Ce jour-là, il était au volant de sa voiture, accompagné par Raúl Puerta Carrillo et Jesús Mendez Escudero. Selon ces derniers, le véhicule se trouvait à plusieurs mètres de la caserne militaire à l’intérieur de la communauté lorsque les soldats ont ouvert le feu sans avoir averti ou provoqué les trois hommes. Carmen Puerta Carrillo est mort le lendemain à l’hôpital des suites d’une blessure à la tête causée par les balles. Sa femme, María Elizabeth Chaparro Almodóvar, a déposé une plainte le 17 février auprès du bureau du procureur général fédéral à Hidalgo de Parral. Raúl Puerta Carrillo, Jesús Mendez Escudero et Jesús Puerta Carrillo se sont présentés comme témoins de la fusillade. Deux des soeurs de Carmen Puerta Carrillo, Ofelia de Jesús Puerta Carrillo et María de Jesús Puerta Carrillo, ont été convoquées le 12 février à la caserne militaire. Les soldats les ont averties de ne pas porter plainte ou les choses iraient mal pour elles. Raúl Puerta Carrillo, leur frère, affirme avoir reçu la visite d’un capitaine et d’un colonel, les 20 et (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !