Écrire Israel. La santé de Hana Shalabi, une Palestinienne en grève de la faim, se détériore.

Action complémentaire sur l’AU 71/12, MDE 15/013/2012, 13 mars 2012 L’ordre de détention visant Hana Shalabi a été réduit à quatre mois mais un juge militaire israélien doit encore rendre son verdict en appel. Cette femme mène une grève de la faim depuis son arrestation, il y a plus de trois semaines, et son état de santé se dégrade. À la suite d’un réexamen judiciaire, le 29 février 2012, un juge militaire a décidé, le 4 mars dernier, de réduire de deux mois la peine de six mois de détention administrative prononcée à l’encontre de Hana Shalabi. L’ordre de détention dont cette dernière fait l’objet expirera ainsi le 16 juin prochain mais il peut être renouvelé. Cette femme continue de mener une grève de la faim qu’elle a entamée pour protester contre les mauvais traitements qui lui ont été infligés lors de son arrestation, le 16 février dernier, et qu’elle poursuit en signe de contestation de sa détention sans inculpation ni jugement. Le 23 février, elle s’est vu ordonner de passer une semaine à l’isolement en punition de sa grève ; néanmoins, elle est retournée au bout de quatre jours dans une cellule avec d’autres détenues, où elle se trouve encore. Ses avocats ont fait appel de l’ordre de détention pour une durée de quatre mois. Une audience a eu lieu le 7 mars dernier devant la Cour d’appel militaire. Cependant, le juge militaire a repoussé le moment du verdict après que le parquet militaire s’est exprimé contre la demande de libération de Hana Shalabi, évoquant des « preuves secrètes » justifiant la détention de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir