Écrire Arabie Saoudite. Le défenseur des droits humains saoudien Fadhel Maki al Manasif, va être jugé

Action complémentaire sur l’AU 304/11, MDE 23/008/2012, 5 avril 2012 PLEASE SEND APPEALS BEFORE 17 MAY 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. En Arabie saoudite, un défenseur des droits humains va être jugé le 9 avril pour des chefs d’accusation qui équivalent à une criminalisation de la liberté d’expression et de réunion. Fadhel Maki al Manasif, âgé de 26 ans, est détenu depuis octobre 2011 à la prison des Renseignements généraux de la ville Dammam, dans la province de l’Est. Il n’est pas autorisé à recevoir des visites de ses proches mais il peut leur téléphoner deux fois par mois. Il doit être jugé par la Cour pénale spéciale de Riyadh, créée pour s’occuper des affaires liées au terrorisme et à la sécurité. Il est accusé notamment d’avoir « rompu l’allégeance au souverain », « incité à la sédition et au désordre », « monté l’opinion publique contre l’État », « troublé l’ordre public en participant à des manifestations » et « soutenu une personne recherchée par l’État ». Ces charges concernent des faits qui remontent à mars 2009. Cependant, ses deux arrestations en 2011 et son procès pourraient être surtout liés à ses activités militantes en faveur des droits humains. Fadhel Maki al Manasif avait été arrêté en mars 2009, semble-t-il pour avoir participé à un rassemblement dans la province de l’Est, puis libéré après avoir signé un engagement à ne plus participer à des rassemblements. Le 1er mai 2011, il a été arrêté en lien avec des manifestations dans la province (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Libérez Ahed Tamimi

Libérez Ahed Tamimi ! Cette jeune fille risque jusqu’à 10 ans de prison pour une altercation avec des soldats israéliens. Signez la pétition