Écrire Cambodge. Une femme ,Ros Bopha, menacée de mort

AU 105/12, ASA 23/005/2012, 13 avril 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 25 MAI 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ros Bopha, une Cambodgienne, est entrée dans la clandestinité après avoir amené ses voisins à protester contre leurs conditions de vie. Ces personnes habitent Trapeang Anhchanh, à plus de 20 kilomètres de la capitale cambodgienne, Phnom Penh, depuis qu’elles ont été expulsées de leurs logements à cause d’un projet de remise en état du réseau ferroviaire. Ros Bopha a été menacée et risque d’être arrêtée. Amnesty International pense que Ros Bopha est visée en raison de ses actions, pourtant pacifiques et légales, en faveur des droits des habitants de son quartier. Au cours de l’année écoulée, plus de 160 familles ont été expulsées dans le cadre d’un projet de réhabilitation du réseau ferroviaire, financé principalement par la Banque asiatique de développement (BAsD) et l’Agence australienne de développement international (AusAID). Elles ont été réinstallées à Trapeang Anhchanh, sur un site qui jouxte les terrains occupés par les familles relogées à la suite des expulsions forcées effectuées à Phnom Penh en 2006. Elles ont difficilement accès aux services de base comme l’électricité et l’eau, et accumulent les dettes car elles ont reçu une indemnisation insuffisante et les débouchés professionnels et autres moyens d’existence sont limités à cet endroit. Le 2 avril, Ros Bopha et d’autres représentants du quartier ont déposé une plainte (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse