Tan Chor Jin (h), 41 ans

ASA 36/001/2008 - U 35/08 Tan Chor Jin risque d’être exécuté, son ultime recours contre sa condamnation à mort ayant été rejeté par la Haute Cour de Singapour le 30 janvier. Il a été condamné à la peine capitale le 22 mai 2007, à l’issue d’un procès que son avocat juge inéquitable. Il s’apprête à déposer un recours en grâce auprès du président de Singapour. Tan Chor Jin, qui serait un ancien chef de bande criminelle, a été condamné à la peine capitale pour le meurtre d’un homme qui lui devait, semble-t-il, de l’argent. À Singapour, le meurtre est un crime obligatoirement puni de mort. Les principaux organes et experts des Nations unies chargés de veiller au respect des droits humains ont déclaré que la peine capitale ne devait en aucun cas être rendue obligatoire par la loi, quelles que soient les faits reprochés à l’accusé, et que son application systématique constituait une privation arbitraire du droit à la vie. Avant son procès, Tan Chor Jin a été détenu à l’isolement pendant deux cent vingt jours au centre médical de la prison de Changi afin d’être soumis à une évaluation psychiatrique. Ses conditions de détention auraient alors été « oppressantes » et pourraient avoir affecté sa capacité à préparer sa défense. Amnesty International est préoccupée par cette durée de détention de deux cent vingt jours, qui dépasse le temps raisonnablement nécessaire pour une évaluation psychiatrique, et craint que son maintien dans de telles conditions n’ait constitué un traitement cruel, inhumain ou dégradant. Tan Chor Jin a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse