Écrire Egypte. Un défenseur des droits humains Abdel Moneim Adam Suleiman, risque d’être renvoyé de force

AU 132/12, MDE 12/016/2012, 11 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 JUIN 2012 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les autorités égyptiennes ont arrêté un réfugié darfourien et pourraient le renvoyer au Soudan, apparemment en raison de ses activités militantes en faveur des réfugiés et des migrants en Égypte. En cas d’expulsion, cet homme risquerait fortement de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Le 6 mai 2012, les forces de sécurité ont interpellé Abdel Moneim Adam Suleiman, défenseur des droits des réfugiés âgé de 36 ans, dans le complexe administratif de Mogamma, sur la place Tahrir, au Caire. Des agents du ministère de l’Intérieur lui avaient demandé de se rendre à cet endroit pour récupérer son passeport, qui lui avait été confisqué lors d’une arrestation en février 2012. Abdel Moneim Adam Suleiman se trouve actuellement à la prison d’Al Qanater, dans le nord du Caire, bien qu’on ignore quels sont les fondements juridiques de sa détention. Selon son avocat, il n’est inculpé d’aucune infraction mais il est incarcéré car considéré comme une menace à la « sécurité nationale ». Ce même avocat a déposé un recours auprès d’un tribunal administratif pour contester la décision prise par le ministère de l’Intérieur d’expulser son client. Cette requête devrait être examinée la semaine prochaine. Amnesty International craint qu’Abdel Moneim Adam Suleiman soit renvoyé de force au Soudan à tout moment. Des réfugiés, des demandeurs (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir