Écrire Inde.Les manifestants : S.P.Udayakumar,Pushparayan,My. Pa.Jessurajan risquent d’être arrêtés auTamil Nadu

Action complémentaire sur l’AU 367/11, ASA 20/021/2012, 17 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 JUIN 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Au moins trois militants d’un groupe antinucléaire du Tamil Nadu (État du sud de l’Inde) risquent d’être arrêtés. Pourtant, plus de 330 manifestants ont mis un terme à leur grève de la faim le 15 mai, à l’appel d’un ancien président de la haute cour. Ces manifestants pacifiques, parmi lesquels plus de 300 femmes, avaient entamé leur grève de la faim le 1er mai dans le village côtier d’Idinthakarai pour protester contre la construction d’une centrale nucléaire à Kudankulam. La police a interdit toute manifestation et encerclé le village, comme si elle s’apprêtait à arrêter les manifestants. Les trois chefs de file du mouvement, l’enseignant S. P. Udayakumar, l’ancien prêtre jésuite Pushparayan et le prêtre jésuite My. Pa. Jesurajan, ont expliqué à Amnesty International que, pendant la grève de la faim, la police avait continué à inculper des manifestants de « sédition » (crimes contre l’État), de « guerre contre l’État », de « conspiration » et de « soulèvement au moyen d’armes mortelles ». S’ils sont déclarés coupables, ils encourent une peine pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité. La police a également inculpé les trois chefs de file et quatre autres manifestants de violence, agression et tentative de meurtre sur deux villageois d’Idinthakarai qui avaient refusé de participer aux protestations. Plus de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse