Écrire Honduras. Un groupe de protection menacé

AU 136/12, AMR 37/008/2012, 17 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 JUIN 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux Européennes qui se sont portées volontaires pour un projet international de protection basé à Tegucigalpa, la capitale du Honduras, ont été menacées en avril dernier. Ces deux bénévoles, une Française et une Britannique, protègent des individus et des membres d’organisations honduriennes de défense des droits humains en danger en les accompagnant. Leur propre sécurité est maintenant en danger. Le 26 avril 2012, une bénévole participant au Projet d’accompagnement au Honduras (PROAH) a reçu un SMS de menace indiquant : « Sales merdes, quand on vous aura mis une balle dans la tête, vous garderez le silence. » Le même message a été envoyé à des personnes dont le PROAH s’est occupé au cours des derniers mois. Le 22 avril, une autre bénévole de l’organisation a reçu un SMS similaire qui citait des personnes ayant bénéficié du projet. On pouvait lire : « [...] peu importe par qui on commence... le résultat sera le même. » Ce message a lui aussi été envoyé aux individus pris en charge par le PROAH. Les menaces reçues par cet organisme ont été signalées aux autorités honduriennes le 30 avril dernier. Ces messages étaient signés par le CAM (Commando Álvarez Martinez) ; ce pseudonyme a déjà été utilisé dans des menaces proférées contre des défenseurs des droits humains et des journalistes au Honduras. Álvarez Martinez était un général de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse