Écrire Haïti. Risque d’expulsion forcée pour des familles

AU 144/12, AMR 36/004/2012, 21 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 JUILLET 2012 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Trois cents familles qui se sont retrouvées sans domicile à la suite du séisme de janvier 2010 risquent d’être expulsées de force très prochainement de leur camp de fortune à Port-au-Prince. Amnesty International craint qu’elles ne se retrouvent alors à nouveau sans abri. Les résidents du camp Mormon, dans la municipalité de Delmas, à Port-au-Prince, risquent une expulsion forcée dans les jours qui viennent. Ils ont indiqué à des délégués d’Amnesty International que, le 14 mai à 3 heures du matin, une vingtaine d’hommes, parmi lesquels des fonctionnaires municipaux, étaient entrés dans le camp et les avaient prévenus qu’ils seraient expulsés de force 15 jours après s’ils n’évacuaient pas le terrain. Certains de ces hommes étaient armés et ont ouvert le feu sur un groupe de résidents du camp, dont quatre ont été blessés tandis qu’ils couraient se mettre à l’abri. Avant cet événement, les résidents du camp Mormon ont été menacés à maintes reprises d’expulsion et de violence s’ils n’obtempéraient pas. Le 8 février, des fonctionnaires locaux accompagnés d’hommes armés ont menacé d’incendier le camp et de tirer sur les résidents s’ils ne partaient pas. Les résidents ont porté plainte auprès du ministère public pour ces deux attaques. Aucun ordre d’expulsion établi par un tribunal ni autre avis judiciaire n’a jamais été présenté, et les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition