Écrire Libye. Des détenus déshabillés et battus dans une prison libyenne

AU 150/12, MDE 19/008/2012, 29 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 JUILLET 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 14 mai, 20 détenus ont été déshabillés et battus dans la prison d’Aïn Zara, en Libye, puis laissés deux jours sur un sol en béton sans matelas ni couvertures. Ils n’ont pas encore été examinés par des médecins légistes. L’un des gardiens présumés responsables de ces sévices travaillerait encore à la prison. Dans la soirée du 14 mai, un groupe de gardiens en uniforme militaire a procédé à une fouille du pavillon 3B de l’a prison d’Aïn Zara. Peu après, ils ont emmené 20 hommes dans un autre pavillon, dont Abdel Latif Ali Tawil, Abdel Ati Mohamed Mosbah, Mohamed Sherif et Abdel Nasser al Din Taher. Ils les ont déshabillés en ne leur laissant que leurs sous-vêtements et les ont roués de coups de matraque et de tuyau d’arrosage. Selon certaines sources, ce passage à tabac a duré jusqu’à minuit environ. Lorsque des détenus perdaient connaissance, les gardiens versaient de l’eau sur eux pour les ranimer afin de pouvoir continuer à les frapper. Après cet épisode, les autorités de la prison ont laissé les détenus en sous-vêtements à même le sol en béton, sans matelas ni couvertures, pendant deux jours supplémentaires. Quand Amnesty International a visité la prison d’Aïn Zara le 24 mai, de nombreux détenus avaient encore des lésions visibles ; l’un d’eux avait une coupure à la tête et un autre des cicatrices sur le dos. Les responsables de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse