Écrire Guinée Equatoriale. Amadou Tamboura condamné à mort contre l’avis du ministère public

AU 154/12, AFR 24/008/2012, 30 mai 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JUILLET 2012 À. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amadou Tamboura, 20 ans, a été déclaré coupable de meurtre avec circonstances aggravantes et condamné à mort le 7 mai à Bata (Guinée équatoriale) par le tribunal de la province du Littoral. En l’absence de circonstances atténuantes, la peine de mort est obligatoire en cas de meurtre. Au moment du crime, Amadou Tamboura, ressortissant malien, vivait depuis deux mois chez des proches, dans la ville de Bata. Lors de son procès, en avril 2012, il a reconnu avoir poignardé une femme dans la nuit du 21 décembre 2011, à son domicile. Il a également reconnu avoir eu un rapport sexuel avec cette femme, dont il a déclaré qu’elle était sa maîtresse. Selon lui, celle-ci lui avait ensuite demandé de l’argent mais, comme il ne disposait pas de la somme qu’elle voulait, elle avait pris un couteau dans la cuisine et l’avait agressé. Ils s’étaient battus et, en tentant de la désarmer, il l’avait poignardée. Le ministère public a accepté l’idée qu’Amadou Tamboura avait tué la victime de manière accidentelle au cours de la bagarre et a tenu compte du fait qu’il avait tenté d’indemniser la famille de cette femme en lui offrant de l’argent. Le ministère public a requis une peine de 23 ans de réclusion mais le tribunal a condamné Amadou Tamboura à mort. L’avocat de ce jeune homme a interjeté appel auprès de la Cour suprême au motif que (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse