Écrire Fédération de Russie. Des chanteuses féministes présumées vont être jugées

Action complémentaire sur l’AU 122/12, EUR 46/022/2012, 11 juin 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 23 JUILLET . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. L’instruction a conclu qu’il y avait matière à poursuivre trois jeunes femmes qui appartiendraient au groupe punk féministe Pussy Riot, qui a entonné une chanson de protestation dans une cathédrale. Ces personnes risquent d’être jugées très prochainement pour hooliganisme. Selon l’acte d’accusation, qu’Amnesty International a pu consulter, ces femmes sont inculpées d’actes de hooliganisme motivés par « la haine, planifiés et commis par un groupe de personnes » (article 213 du Code pénal russe). Nadejda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Ekaterina Samoutsevitch encourent jusqu’à sept ans d’emprisonnement. Elles sont accusées d’avoir publiquement manqué de respect à l’Église orthodoxe, humilié les fidèles et dénigré les « fondements spirituels de l’État ». L’acte d’accusation indique à plusieurs reprises que leur acte visait à insulter les croyants et une grande partie de la nation russe. Il précise qu’il était contraire à la morale et à l’éthique, et qu’il était dirigé contre « l’ensemble du monde orthodoxe ». Ce texte va plus loin que le droit russe (par exemple, lorsqu’il fait référence aux « fondements spirituels de l’État ») et que les règles de l’Église orthodoxe. Les trois jeunes femmes citées nient toute participation à la manifestation organisée à la cathédrale. Par ailleurs, elles contestent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition