Écrire Belarus. Le journaliste Andreï Poczobout, risque la prison pour avoir critiqué le président

AU 181/12, EUR 49/007/2012, 26 juin 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 7 AOÛT 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le journaliste Andreï Poczobout a été arrêté pour avoir critiqué le président bélarussien. Il encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. Andreï Poczobout, correspondant du quotidien polonais Gazeta Wyborcza et éminent défenseur de la minorité polonaise du Bélarus, a été arrêté le 21 juin à son appartement de Grodno, dans l’ouest du Bélarus. Il est accusé, en vertu de l’article 367 (2) du Code pénal bélarussien, d’avoir « diffamé le président » dans des articles publiés par des médias bélarussiens indépendants. Cependant, il n’a pas été inculpé officiellement. Il encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Dans ses articles, Andreï Poczobout a critiqué le déroulement et l’issue de l’affaire d’Ouladzislov Kavaliou et de Dimitri Kanavalov, exécutés en mars 2012 pour une série d’attentats à la bombe commis au Bélarus. Il a également critiqué la position du président Loukachenko vis-à-vis de l’Union européenne et la réaction des autorités bélarussiennes face à une vague de « manifestations silencieuses » organisées dans le pays. Le 21 juin, son ordinateur et des documents ont été saisis au cours d’une perquisition à son appartement. En mars 2011, Andreï Poczobout a été inculpé d’« outrage » et de « diffamation à l’égard du président » pour (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition