Écrire Action urgente. Nigéria. Des milliers de personnes risquent une expulsion forcée

AU 184/12, AFR 44/032/2012, 29 juin 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 10 AOÛT 2012 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des milliers de personnes risquent d’être expulsées de force dans la ville nigériane de Port Harcourt. Le 27 juin, les forces de sécurité ont commencé à démolir leurs habitations : près de 300 bâtiments ont été détruits et des centaines de personnes se sont retrouvées sans abri. Selon les estimations, 30 000 personnes vont être expulsées de force et voir leurs habitations détruites par les autorités de l’État de Rivers si l’opération se poursuit. L’équipe spéciale mixte, constituée de policiers et de militaires, supervise la démolition à Abonnema Wharf, sur les berges de Port Harcourt. Les habitants n’ont été informés ni par écrit ni verbalement, et aucune solution de relogement ne leur a été proposée. Une procédure d’indemnisation est en cours mais de nombreux propriétaires n’ont rien reçu. Les locataires, quant à eux, ne seront pas dédommagés. Si les démolitions continuent, des centaines de personnes se retrouveront sans abri. D’après le commissaire à l’urbanisme de l’État de Rivers, le gouverneur Rotimi Amaechi a ordonné à l’équipe spéciale mixte de détruire les habitations en question « pour des raisons de sécurité ». Les autorités n’ont pas respecté les règles de procédure. Elles n’ont pas communiqué aux personnes concernées les raisons des démolitions mais le commissaire à l’urbanisme a indiqué à Amnesty International qu’il (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.