Écrire Bélarus. Un prisonnier bélarussien, Mykalau Statkevich, placé en cellule disciplinaire

AU 196/12, EUR 49/010/2012, 9 juillet 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 20 AOÛT 2012 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Nikolaï Statkevitch, prisonnier d’opinion, va passer 10 jours en cellule disciplinaire pour avoir refusé de signer des « aveux ». La direction de la prison a déclaré qu’il présentait des tendances suicidaires. Ses proches craignent pour sa vie. En janvier, le directeur de la prison de Moguilev a déclaré que Nikolaï Statkevitch présentait des tendances suicidaires. Néanmoins, aucun élément n’étaye cette affirmation et la famille de cet homme craint que cela ne serve par la suite à couvrir un éventuel incident qui pourrait se produire dans l’établissement. Le 27 juin, lors d’une audition du comité pénitentiaire, le directeur a confirmé sa conclusion. Le 4 juillet, lorsque la femme de Nikolaï Statkevitch lui a parlé au téléphone, il avait bon moral. Après l’audition, il a remis au directeur une lettre dans laquelle il lui demandait sur quelle base il était parvenu à sa conclusion et s’il avait l’intention de s’en servir si « quel que chose devait lui arriver » en prison. Il s’est vu infliger 10 jours de placement en cellule disciplinaire pour avoir, semble-t-il, refusé de demander une grâce présidentielle lorsqu’il avait été prié de le faire le 18 juin. Auparavant, la direction de la prison avait affirmé que Nikolaï Statkevitch violait régulièrement le règlement intérieur, était enclin à la violence et avait tenté de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse