Écrire Un journaliste, Mohammad Sadiq Kabudvand, incarcéré en grève de la faim.

AU 204/12, MDE 13/046/2012, 11 juillet 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 22 AOÛT 2012 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le journaliste Mohammad Sadiq Kabudvand a entamé une grève de la faim le 26 mai 2012 à la prison d’Evin, à Téhéran, pour protester contre le fait que les autorités iraniennes aient refusé à plusieurs reprises la permission qu’il demandait pour rendre visite à son fils gravement malade. Cet homme est un prisonnier d’opinion. Le fils de Mohammad Sadiq Kabudvand, Pejman, souffre depuis janvier 2012 d’une pathologie non diagnostiquée qui, semble-t-il, touche ses reins et bouche les veines de ses jambes. Depuis qu’il a appris la maladie de son fils, Mohammad Sadiq Kabudvand n’a pu aller le voir à l’hôpital qu’une fois, en février 2012, et ce pendant deux heures et demie seulement. Les permissions pour des visites familiales de ce type sont autorisées en vertu de la législation iranienne relative aux prisons, et sont généralement accordées. Le fait de les refuser à Mohammad Sadiq Kabudvand est peut-être un moyen de pression visant à lui faire cesser ses activités militantes, qu’il poursuit depuis la prison au travers de lettres ouvertes aux autorités. L’état de santé de Mohammad Sadiq Kabudvand lui-même s’est détérioré du fait de sa grève de la faim. Le responsable médical et les médecins de la prison ont recommandé de le transférer dans un hôpital afin qu’il puisse y être soigné correctement. Il a refusé car cela (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse