Écrire Haïti. Menaces d’expulsions forcées

AU 213/12, AMR 36/007/2012, 17 juillet 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 28 AOÛT 2012 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les autorités haïtiennes s’apprêtent à expulser quelque 450 familles de Port-au-Prince, la capitale, au motif que leurs habitations risquent d’être détruites par un glissement de terrain. Elles ne les ont pas consultées et ne leur ont pas proposé de nouveau logement ni d’indemnisation. Les 450 familles concernées vivent dans le quartier de Jalousie, sur la commune de Pétion-Ville, qui surplombe Port-au-Prince. Les autorités ne les ont pas consultées et ne leur ont pas proposé de nouveau logement ni d’indemnisation. Des représentants du ministère de l’Environnement, accompagnés de policiers, se sont rendus à Jalousie le 21 juin et ont désigné 450 maisons devant être détruites dans un délai de 15 jours. Il n’ont pas présenté d’ordonnance d’expulsion du tribunal ni aucun autre document juridique, et n’ont pas indiqué aux habitants les raisons de ces démolitions. Le ministère a ensuite déclaré à la radio haïtienne que les logements en question se trouvaient dans une zone sujette aux glissements de terrain. Les habitants ont également appris que les autorités avaient, semble-t-il, offert 100 000 gourdes (environ 2 000 euros) à tous les propriétaires et 20 000 gourdes (environ 400 euros) aux locataires. Ces personnes, dont beaucoup vivent à Jalousie depuis plusieurs décennies, ont expliqué à Amnesty International qu’elles (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse