Écrire Chine. Confirmation des peines de défenseurs des droits au logement Ni Yulan (f) et Dong Jiqin (h)

Action complémentaire sur l’AU 117/11, ASA 17/025/2012, 27 juillet 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 7 SEPTEMBRE 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 27 juillet, un tribunal de Pékin a annulé la peine pour fraude prononcée contre Ni Yulan, défenseure des droits au logement et ancienne avocate. Cependant, il a confirmé les peines infligées à cette femme et à son mari, Dong Jiqin, en vertu de l’article 293 du Code pénal chinois pour « avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Le 10 avril, Ni Yulan a été condamnée à deux ans et huit mois d’emprisonnement pour « avoir cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » et pour « fraude ». Son mari, Dong Jiqin, a été condamné à deux ans pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Ils avaient été arrêtés en avril 2011 et ont été jugés en décembre 2011. Ils ont interjeté appel de leur peine et, le 27 juillet, le tribunal populaire intermédiaire n° 1 du district de Shijinshan (Pékin) a examiné leur appel. Ni Yulan semblait en meilleure santé que lors de son premier procès, en décembre 2011, au cours duquel elle était allongée la plupart du temps et avait besoin d’un respirateur. Elle a pu rester assise pendant toute l’audience même si elle avait le cou enflé. Selon ses avocats, elle est mal nourrie en prison. Ni Yulan souffre de problèmes respiratoires, cardiaques et digestifs, et ne peut plus marcher à cause des actes de torture commis (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse