Écrire République Démocratique du Congo. Craintes pour l’opposant politique Diomi Ndongala

AU 246/12, AFR 62/010/2012, 23 août 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 OCTOBRE 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Diomi Ndongala, opposant politique congolais de premier plan, a disparu le 27 juin à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Il est détenu au secret, semble-t-il, par les services du renseignement à Kinshasa. Diomi Ndongala est parlementaire et dirigeant du parti politique Démocratie chrétienne. Le 27 juin vers 11 h 30, il a quitté son domicile en voiture (une Mitsubishi blanche aux vitres teintées) pour se rendre à un événement organisé par son parti politique à la cathédrale Notre-Dame-du-Congo, à Kinshasa. Il devait signer, à cette occasion, une charte intitulée Plateforme de la majorité présidentielle populaire, qui allait sceller une coalition avec d’autres partis politiques. Cependant, il n’est jamais arrivé à destination et personne, même pas sa famille, ne l’a vu ni entendu depuis lors. Le 28 juin, un porte-parole du gouvernement a annoncé qu’une importante personnalité de l’opposition avait été arrêtée pour viol. Le même jour, le procureur général a déclaré que Diomi Ndongala avait pris la fuite après qu’un mandat d’arrêt lui avait été décerné pour le viol de deux mineures. Depuis lors, les autorités congolaises nient le détenir. Selon des informations récentes, cet homme est actuellement détenu au secret par les services du renseignement, à Kinshasa. Plusieurs sources ont indiqué qu’il se (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir