Écrire Chine. Des pratiquantes du Fa Lun Gong risquent la torture.

AU 266/12, ASA 17/034/2012, 17 septembre 2012 Six pratiquantes du Fa Lun Gong sont incarcérées au centre de détention de Jiamusi, en Chine, après avoir été arrêtées arbitrairement le 10 septembre dernier. Elles risquent d’être victimes de torture et d’autres mauvais traitements. Le 10 septembre 2012, peu après 19 heures, des policiers en civil ont interpellé Zhang Shuying et Zhang Shuhua alors qu’elles quittaient le domicile de cette dernière dans le quartier de Xiangyang à Jiamusi, dans la province du Heilongjiang (Chine). Plus tard dans la soirée, une vingtaine de policiers et membres des forces de sécurité sont entrés par effraction chez Zhang Shuhua, où des pratiquants du Fa Lun Gong s’étaient réunis pour étudier des textes religieux. Zhao Juan, Cui Xiuyun, Sun Ying, Liu Lijie, Xiang Xiaobo, Wang Shumei et le fils de Zhang Shuhua ont été placés en détention. Les policiers et membres des forces de sécurité ont fouillé le domicile et confisqué l’ordinateur, l’imprimante, des DVD et des documents relatifs au Fa Lun Gong appartenant à Zhang Shuhua. La police n’a montré aucun mandat d’arrêt. Sur les neuf personnes appréhendées, trois ont été relâchées : le fils de Zhang Shuhua, libéré après avoir « garanti » par écrit qu’il ne pratiquait pas le Fa Lun Gong, Wang Shumei, qui est sortie de l’hôpital où elle avait été conduite parce qu’elle était malade, et Sun Ying, remise en liberté en raison de son âge, cette femme ayant plus de 70 ans. Le 11 septembre, les six autres détenues ont été transférées vers le centre de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !