Écrire Iran. Le défenseur des droits humains Kouhyar Goudarzi risque cinq ans de prison.

AU 272/12, MDE 13/063/2012, 24 septembre 2012 Le 16 septembre dernier, Kouhyar Goudarzi, membre du Comité des reporters des droits humains (CHRR), a vu sa peine de cinq ans de prison confirmée par une cour d’appel. Il est actuellement en liberté mais s’il est emprisonné, il sera considéré comme un prisonnier d’opinion. Deux autres membres du CHRR sont en détention et sont des prisonniers d’opinion. Le 2 janvier 2012, le défenseur des droits humains Kouhyar Goudarzi a comparu devant la 26e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran mais l’audience a été reportée à sa demande car son avocat était absent. Lors d’une audience ultérieure devant la même juridiction, il a été inculpé de « diffusion de propagande contre le système » et de « rassemblement et collusion dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale ». Le tribunal a précisé que Kouhyar Goudarzi entretenait des liens avec l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un groupe iranien de l’opposition interdit basé en Irak, et qu’il avait déjà été arrêté pour avoir « participé à un rassemblement devant les bureaux des Nations unies pour réclamer la suppression de l’OIMP de la liste des organisations terroristes ». Le CHRR réfute ces affirmations. Le 7 mars dernier, Kouhyar Goudarzi a appris qu’il avait été condamné à cinq ans de prison à purger à Zabol, dans la province de Sistan-e Baloutchistan (est de l’Iran), ce qui est loin de chez lui. Cette peine a été confirmée le 16 septembre dernier. Deux autres membres du CHRR purgent actuellement (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.