Écrire Israël.Les détenus palestiniens Hassan Safadi et Samer al Barq interrompent leur grève de la faim.

Action complémentaire sur l’AU 119/12, MDE 15/052/2012, 25 septembre 2012 Hassan Safadi et Samer al Barq ont mis un terme à leur grève de la faim, le premier après qu’un juge a décidé que sa détention sans jugement ne serait pas prolongée au-delà du 29 octobre prochain, le second après avoir appris qu’un accord avait été conclu pour qu’il soit transféré en Égypte. Ayant refusé de se nourrir pendant 120 et 90 jours respectivement, Samer al Barq et Hassan Safadi sont encore en danger. Les deux hommes ont besoin d’être étroitement surveillés par un spécialiste dans un hôpital pleinement équipé pendant la période de réalimentation. Aucun médecin indépendant n’a été autorisé à leur rendre visite depuis le 10 septembre. Samer al Barq a été conduit à l’hôpital public Assaf Harofeh le 17 septembre dernier et aurait arrêté d’ingérer des liquides pendant trois ou quatre jours. À la suite de négociations menées par l’Autorité palestinienne, l’Égypte aurait accepté que cet homme soit envoyé sur son territoire si Israël accepte de le relâcher. En apprenant la nouvelle, Samer al Barq a mis un terme à sa grève de la faim le 23 septembre. Il a ensuite été renvoyé à la clinique de la prison de Ramleh, qui dépend des Services pénitentiaires israéliens et qui ne dispose des infrastructures nécessaires pour prodiguer de toute urgence les soins spécialisés dont cet homme a besoin. Sa famille, qui ne l’a pas vu depuis près d’un an, attend encore de ses nouvelles. Samer al Barq a dit à son avocat qu’il reprendrait la grève s’il n’était pas relâché (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse