Écrire Bahreïn. Des professionnels de la santé voient leurs peines confirmées.

Action complémentaire sur l’AU 296/11 MDE 11/057/2012, 1er octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 NOVEMBRE 2012 Le 1er octobre, la Cour de cassation de Bahreïn a confirmé les peines prononcées à l’encontre de neuf professionnels de la santé qui contestaient la décision rendue par une cour d’appel. Six de ces personnes risquent d’être incarcérées à tout moment. Elles seraient alors considérées comme des prisonniers d’opinion. Le 1er octobre, la Cour de cassation, qui siège à Manama, la capitale bahreïnite, a confirmé les déclarations de culpabilité et les peines prononcées à l’encontre de neuf professionnels de la santé, actuellement en liberté sous caution. Les six qui n’ont pas purgé la totalité de leur peine risquent d’être renvoyés en prison à tout moment. Il s’agit d’Ali Esa Mansoor al Ekri, Ebrahim Abdullah Ebrahim, Ghassan Ahmed Ali Dhaif, Saeed Mothaher Habib Al Samahiji, Mahmood Asghar Abdulwahab et Dhia Ibrahim Jafar. En juin dernier, une cour d’appel a confirmé les déclarations de culpabilité de ces neuf personnes pour leur rôle dans les manifestations pro-réforme de février et mars 2011. Leurs peines, initialement comprises entre cinq et 15 ans d’emprisonnement, avaient été ramenées d’un mois à cinq ans. Neuf autres personnes ont été relaxées. La plupart des personnes citées ont déclaré avoir été torturées en détention en 2011. Le procès de deux policiers accusés de les avoir maltraitées s’est ouvert le 1er octobre 2012, mais on ignore si ces agents ont été inculpés d’actes de torture. Ni les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse