Écrire Le militant Ahmed Ali Abdel Rahman Abou Raqba détenu au secret en Libye

AU 295/12, MDE 19/019/2012, 3 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 NOVEMBRE 2012 Le 26 septembre, Ahmed Ali Abdel Rahman Abou Raqba, militant de la société civile, a été placé en détention au secret à la prison de Riwami, à Tripoli, la capitale libyenne. Amnesty International craint qu’il ne soit détenu en raison de ses activités militantes. Le 26 septembre, le militant Ahmed Ali Abdel Rahman Abou Raqba, 29 ans, a été arrêté, semble-t-il à la prison de Riwami, gérée par le Comité suprême de la sécurité, lui-même sous contrôle du ministère de l’intérieur, dans le quartier tripolitain d’Aïn Zara. Il se serait rendu dans cette prison en qualité de président de la Fondation libyenne pour la mère et l’enfant, association de la société civile qui se consacre aux droits et au bien-être des mères et des enfants en Libye. Ses proches n’ont pas été informés de son arrestation et n’ont appris où il se trouvait que deux jours plus tard, par des voies non officielles. L’administration pénitentiaire, qui a reconnu détenir Ahmed Ali Abdel Rahman Abou Raqba, a jusqu’à présent rejeté leurs demandes de visite. Amnesty International craint qu’il n’ait été placé en détention en raison de son travail au sein de la Fondation. Le 2 octobre, l’organisation a adressé des courriers au ministre libyen de l’Intérieur, Fawzi Abdelal, et au Comité suprême de la sécurité, leur demandant de préciser son statut au regard de la loi. Elle les a instamment priés de le libérer sans délai ni condition, s’il s’avère qu’il est retenu uniquement en raison (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir