Écrire Bahrein. Des professionnels de la santé bahreïnites emprisonnés

Action complémentaire sur l’AU 296/11, MDE 11/058/2012, 2 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 13 NOVEMBRE 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Six professionnels de la santé dont la condamnation à des peines d’emprisonnement a été confirmée par la Cour de cassation de Bahreïn, qui siège à Manama, ont été arrêtés le 2 octobre. Emprisonnés uniquement pour avoir exercé, de manière pacifique, leur droit à la liberté d’expression et de réunion, ils sont des prisonniers d’opinion. Six professionnels de la santé – Ali Esa Mansoor al Ekri, Ebrahim Abdullah Ebrahim, Ghassan Ahmed Ali Dhaif, Saeed Mothaher Habib Al Samahiji, Mahmood Asghar Abdulwahab et Dhia Ibrahim Jafar – ont été arrêtés le 2 octobre, au lendemain de l’arrêt de la Cour de cassation confirmant leur condamnation. Ali Esa Mansoor al Ekri a été interpellé chez lui vers 5 h 30. Les cinq autres ont également été arrêtés à leur domicile, un peu plus tard. Les cinq hommes ont été conduits à la prison de Jaw et Dhia Ibrahim Jafar a été placée dans le centre de détention pour femmes de la ville d’Isa. En juin, la Haute Cour criminelle d’appel, à Manama, a confirmé la déclaration de culpabilité de neuf des 20 professionnels de la santé jugés pour leur implication dans les manifestations de février et mars 2011. Elle a néanmoins réduit la durée de leurs peines, ramenant à des sanctions comprises entre un mois et cinq ans de prison les peines initiales allant de cinq à 15 années d’emprisonnement. La (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !