SYRIE : Yassin Suleiman et Akash Suleiman Craintes de torture et d’autres formes de mauvais traitements / Détention au secret/Renvois forcés / Inquiétudes pour la santé

MDE 24/006/2007

Informations complémentaires sur l’AU 09/07 (MDE 24/004/2007, 5 janvier 2007) et sa mise à jour (MDE 24/005/2007, 18 janvier 2007)

Craintes de torture et d’autres formes de mauvais traitements / Détention au secret /
Renvois forcés / Inquiétudes pour la santé

SYRIE : Yassin Suleiman (h), kurde, 35 ans
Akash Suleiman (h), son père, âgé de plus de soixante ans

25 janvier 2007

Yassin et Akash Suleiman ont été libérés le 24 janvier. Il semble qu’ils n’aient pas été inculpés.

Yassin Suleiman aurait été torturé pendant les deux premières semaines de sa détention par les services d’Al Amn al Dawla (Sûreté de l’État) à Damas. De toute évidence, son père a lui aussi été victime de torture. Ils ont tous deux été détenus au secret jusqu’au 22 janvier, date à laquelle il leur a été permis de voir leur famille dans une prison d’El Qamishli (nord-est de la Syrie), où ils avaient été transférés.

Les deux hommes avaient été arrêtés le 21 décembre 2006. Quelques semaines auparavant, Yassin Suleiman, sa femme et sa fille avaient été renvoyés de force à Damas par les autorités norvégiennes, après avoir vu leur demande d’asile rejetée. Leur arrestation semble liée à l’appartenance présumée de Yassin Suleiman au Parti démocratique progressiste kurde, un mouvement interdit.

La Convention des Nations unies relative au statut des réfugiés, à laquelle la Norvège est partie, interdit aux États contractants d’expulser ou de refouler quiconque, de quelque manière que ce soit, « sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques. » D’après les recherches effectuées par Amnesty International, il est courant que les Kurdes de nationalité syrienne détenus pour des motifs politiques et maintenus au secret soient soumis à des actes de torture et à d’autres formes de mauvais traitements dans les prisons et centres de détention syriens.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du Réseau Actions urgentes. Amnesty International suivra l’évolution de la situation de Yassin et Akash Suleiman, et interviendra de nouveau en leur faveur si nécessaire.

Bonne Année 2007 !

Vous êtes inscrits/tes au réseau des actions urgentes, mais vous n’avez plus le temps de prendre en charge les appels qui vous sont envoyés ? Pour l’Équipe des actions urgentes, cela ne pose pas de problèmes à partir du moment où vous nous le faites savoir. Donc, nous profitons de cette communication de décembre pour vous demander, si vous n’êtes plus en mesure d’agir, de nous le signifier : ua@aibf.be/Fax : 02.537.37.29/Tél : 02.538.81.77 (bureau des actions urgentes).

Les bonnes nouvelles

Maldives—Jennifer libérée. Le 16 août dernier, la prisonnière de conscience et journaliste Jennifer Latheef a été libérée après plus de 10 mois de détention et alors qu’elle avait été condamnée à 10 années de prison pour « terrorisme ». « Les militants d’Amnesty partout dans le monde ont pesé lourd dans ma libération. » Depuis sa libération, Jennifer Latheef a effectué une tournée en Europe et au SI.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse