Bonne nouvelle Abandon de charges et libération d’une dirigeante associative

Salomée T. Abalodo, agricultrice et dirigeante associative, a été libérée, le tribunal de Pagouda, à Kara (nord du Togo), ayant abandonné toutes les charges que pesaient sur elle.

Salomée T. Abalodo, dirigeante associative, agricultrice et mère de deux enfants, a été libérée le 12 mai après avoir passé près d’un mois en prison. Elle a recouvré la liberté dès que le tribunal de Pagouda, à Kara (nord du Togo), a abandonné toutes les charges qui pesaient sur elle. Elle était inculpée de « rébellion » et de « participation » à une manifestation non autorisée, qui avait eu lieu le 13 avril.

Elle avait été arrêtée par des gendarmes dans le district de Pagouda le même jour, à la suite d’un entretien à la préfecture. Elle avait rencontré l’assistant du préfet pour demander que les forces de sécurité cessent de recourir à une force excessive contre les manifestants. Au cours de cet entretien, elle avait montré des photos et des vidéos, prises avec son téléphone à l’hôpital, montrant des personnes blessées par les forces de sécurité qui avaient usé d’une force excessive contre un groupe de manifestants.

Six autres personnes détenues à la suite de la même manifestation pacifique à Pagouda ont été condamnées à trois mois d’emprisonnement, dont deux avec sursis, et à une amende de 50 000 francs CFA (environ 85 dollars des États-Unis). Elles ont été libérées.

Après sa libération, Salomée T. Abalodo a rencontré des représentants d’Amnesty International et leur a dit : « Je suis vraiment ravie des actions qu’Amnesty International a entreprises en faveur de ma libération. Je remercie [l’organisation] de sa contribution. J’aimerais y adhérer pour être encore plus utile à mon entourage. »

Merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse