ANGOLA : Pedro Maria António,Paulo Mazungo,André Conde et Domingos Conde Arrestations arbitraires / Torture

AFR 12/008/2007

Informations complémentaires sur l’AU 189/07 (AFR 12/007/2007 du 20 juillet 2007) –

Arrestations arbitraires / Torture

ANGOLA : Pedro Maria António (h)
Paulo Mazungo (h)
André Conde (h)
Domingos Conde (h)
25 juillet 2007

Les quatre hommes dont les noms figurent ci-dessus ont été libérés le 23 juillet, après avoir été jugés par le tribunal pénal provincial de Cabinda dans le cadre d’une procédure accélérée. Pedro Maria António a été libéré sans inculpation, tandis que les trois autres hommes ont été condamnés à des peines d’amende avec sursis. Le travail du réseau Actions urgentes a été déterminant pour l’obtention de leur libération.

Ils avaient tous été arrêtés arbitrairement le 14 juillet 2007 par des fonctionnaires de la police judiciaire provinciale de Cabinda après avoir protesté, lors d’une messe catholique, contre la nomination de Filomeno Vieira Dias comme évêque du diocèse de Cabinda. Ils étaient détenus au siège de la police judiciaire provinciale dans la ville de Cabinda, où Paulo Mazungo affirme avoir été frappé. Ces quatre hommes étaient accusés d’« injure contre une autorité publique » et d’« incitation à la violence contre une autorité religieuse ». Amnesty International pense qu’ils ont été arrêtés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression.

Le tribunal a abandonné les poursuites engagées contre Pedro Maria António, faute de preuves suffisantes. André Conde et Domingos Conde ont tous deux été condamnés à deux mois d’emprisonnement pour « incitation à la violence contre une autorité religieuse ». Cette peine a été convertie en une amende quotidienne de 20 kwanzas (environ 20 centimes d’euro) pendant deux mois. Paulo Mazungo a été condamné à une peine de six mois d’emprisonnement, convertie en une amende quotidienne de 40 kwanzas (environ 40 centimes d’euro) pendant six mois. Ces condamnations ont été assorties d’un sursis de deux ans.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part du Réseau Actions urgentes. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Les Actions Urgentes par SMS, faites de votre téléphone portable une arme de libération massive : envoyez le code AU au 3313 (1 € le SMS).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.