Remise de signatures afin d’abolir la peine de mort.

Le 6 juillet, Amnesty International a remis 18 000 signatures à l’administration présidentielle du Bélarus, demandant au pays d’abolir la peine de mort. La rencontre a eu lieu en présence d’Ales Bialiatski, un éminent défenseur des droits humains biélorusse et ex-prisonnier d’opinion pour lequel Amnesty International s’était mobilisé jusqu’à sa libération en 2014.

Sur les 18 000 signatures remises, 14 500 provenaient d’Amnesty International Belgique francophone. Un grand merci à tous ceux qui ont agi pour que ce pays mette fin à ce châtiment cruel, inhumain et dégradant.

La République du Bélarus est le dernier pays d’Europe et de l’ex-Union soviétique qui continue de procéder à des exécutions. Selon nos dernières informations, sept exécutions auraient eu lieu depuis 2016. Les dossiers peine de mort ainsi que les chiffres sont majoritairement classés secrets d’État.

Le traitement des prévenus ainsi que de leurs familles est inhumain, cruel et dégradant. En effet, les condamnés à mort ne peuvent avoir aucun contact avec leurs familles avant le moment fatidique de l’exécution. Les familles ne sont informées de la mort de leur proche que lorsqu’elles reçoivent les affaires personnelles du détenu (chaussure et uniforme). De plus, le corps du condamné et sa sépulture ne sont pas rendus à sa famille. Enfin, ils doivent aller retirer le certificat de décès auprès des autorités.

Photo : © Vyasna

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse