CHINE :Chen Guangcheng, Chen Hua, Chen Guangchun, Chen Guangyu, Yuan Weijing et Chen Guangjun CRAINTES DE TORTURE ET DE MAUVAIS TRAITEMENTS/DÉTENTION ARBITRAIRE

ASA 17/026/2006

Informations complémentaires sur l’AU 271/05 (ASA 17/037/2005 du 14 octobre 2005) et suivantes (ASA 17/040/2005 du 25 octobre 2005, ASA 17/005/2006 du 6 février 2006 et ASA 17/018/2006 du 14 mars 2006)

CRAINTES DE TORTURE ET DE MAUVAIS TRAITEMENTS
DÉTENTION ARBITRAIRE

CHINE :Chen Guangcheng (h), 34 ans
Chen Hua (h), 27 ans
Chen Guangchun (h), âgé de 40 à 50 ans
Chen Guangyu (h), cousin de Chen Guangcheng, 32 ans
Yuan Weijing (f), épouse de Chen Guangcheng, 29 ans
Chen Guangjun (h), 43 ans

Londres, le 4 mai 2006

Selon les informations reçues, Chen Hua a été libéré le 12 février, mais il lui est interdit de contacter des personnes se trouvant en dehors de Dongshigu, son village. Chen Guangchun aurait été relâché à peu près au même moment. Chen Guangyu et Chen Guangjun ont été libérés sous caution le 18 avril, après trente-sept jours de détention. Amnesty International ne pense pas qu’ils courent un danger immédiat, mais il leur a été interdit de retourner à Dongshigu.

Les informations recueillies ne permettent pas de déterminer avec certitude le lieu de détention de Chen Guangcheng, qui avait joué le rôle de conseiller juridique auprès de villageois de la province du Shandong. On le croyait détenu au centre de détention de la police du canton de Yinan, avec Chen Guangyu et Chen Guangjun, mais ces derniers ne l’y ont manifestement pas vu. Des villageois de la région pensent que Chen Guangcheng est détenu au « centre de vacances Victoria », un établissement géré par le gouvernement dans le canton de Yinan ; les autorités n’ont cependant pas émis de notification formelle quant au lieu de détention de cet homme.

Yuan Weijing, l’épouse de Chen Guangcheng, est contrainte à rester chez elle, où elle est surveillée en permanence par une vingtaine de policiers. Sa ligne de téléphone a été coupée et il lui est interdit de contacter qui que ce soit à l’extérieur. Elle souffrirait encore au niveau du dos et du flanc des suites de son agression par la police, le 11 mars, et n’a toujours pas été autorisée à subir un examen médical digne de ce nom.

Trois hommes ont été appréhendés en février, parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir mené un mouvement de protestation de plusieurs centaines de villageois, le 5 février, appelant à la libération de Chen Hua et à la fin des mesures de surveillance concernant Chen Guangcheng. Chen Guangdong, Chen Gengjiang et Chen Guanghe ont respectivement été arrêtés les 13, 16 et 23 février. Le 22 mars, ils ont été formellement inculpés de « dégradation délibérée de biens publics » et auraient été battus en détention. Les proches de ces hommes ont reçu la notification officielle des chefs retenus contre eux le 26 mars, mais la police refuse qu’ils leur rendent visite.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Amnesty International continuera de surveiller la situation de ces personnes et d’intervenir en leur faveur par des moyens d’action à plus long terme.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes pour le moment.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées