Bonne nouvelle Des journalistes hors de danger immédiat

Menchi Barriocanal et Oscar Acosta, un couple de journalistes paraguayens menacés d’incarcération par le président Horacio Cartes, ont cessé de recevoir des menaces et ne semblent plus risquer d’être placés en détention arbitraire.

Menchi Barriocanal a informé Amnesty International que les menaces d’emprisonnement formulées par le président ont cessé après la publication par l’organisation d’une Action Urgente sur leur situation fin juin 2017 et après que leur cas a bénéficié d’une couverture médiatique internationale.

Le président Horacio Cartes a menacé Menchi Barriocanal et Oscar Acosta d’emprisonnement le 23 juin alors que celui-ci participait à un rassemblement à Ciudad del Este, où il les a accusés à tort d’avoir incité à la violence au cours des manifestations qui ont eu lieu en mars au Paraguay.

Menchi Barriocanal et Oscar Acosta avaient activement dénoncé une manœuvre bipartisane, soutenue par le président du Paraguay, visant à modifier la Constitution afin de permettre des réélections. Cette manœuvre a suscité l’indignation de la population et de très nombreuses personnes ont manifesté dans les rues. La police a répliqué avec du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc. Le Congrès paraguayen a été incendié et à la fin du premier jour des manifestations, une personne était morte, des dizaines de personnes avaient été blessées et plus de 200 arrêtées.

Lorsque les manifestations ont débuté, des représentants du parti au pouvoir (le Parti Colorado) ont accusé publiquement Menchi Barriocanal et Oscar Acosta de les avoir déclenchées et d’avoir provoqué les violences, alors que les journalistes avaient simplement rendu compte de la tentative de modification législative au Congrès.

Aucune action complémentaire n’est pour l’instant requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse