Les étudiantes de la Mansoura sont libres

Les deux étudiantes de l’Université Al-Mansoura en Égypte, Abrar Anany et Menatalla Moustafa ont finalement été libérées le 15 novembre, à la fin de leurs peines de prison. Le 18 novembre, la Cour criminelle les a acquittées au côté de leur enseignante Yousra El Khateeb.

Le tribunal pénal d’Al Mansoura avait condamné Abrar Al Anany et Menatalla Moustafa, âgées de 18 ans, à deux années de prison pour leur participation à une manifestation organisée à l’université d’Al Mansoura le 12 novembre 2013 qui s’est soldée par des violences. Yousra Elkhateeb, âgée de 21 ans, a quant à elle été condamnée à six années d’emprisonnement pour avoir participé à cette manifestation et à une autre datant du 29 octobre 2013, à laquelle ses avocats ont pourtant apporté la preuve qu’elle n’avait pas pris part.

Le tribunal a déclaré ces trois femmes coupables d’avoir manifesté sans permission, d’appartenance à une organisation interdite employant des « méthodes terroristes », de « brutalité », d’agression sur des membres des forces de sécurité et de destruction de biens publics. Des témoins et des responsables de la sécurité de l’université avaient pourtant attesté qu’elles n’étaient pas impliquées dans les affrontements.

Les trois femmes étaient détenues à la prison publique d’Al Mansoura, où leurs familles n’étaient autorisées à leur rendre qu’une visite hebdomadaire de cinq minutes.

Les affrontements qui ont eu lieu à l’université d’Al Mansoura le 12 novembre 2013 ont éclaté lors d’une manifestation organisée par des étudiants partisans des Frères musulmans. Ils ont duré plus de cinq heures et ont fait au moins 70 blessés. Après que les responsables de la sécurité de l’université ont tenté en vain de prendre le contrôle de la situation, le président de l’université a demandé aux forces gouvernementales d’intervenir. Celles-ci sont alors arrivées sur le campus à bord de véhicules blindés et ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les étudiants. Au moins 23 étudiants ont été appréhendés, dont les trois jeunes femmes citées ci-dessus.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse